Art visuel

The Power of Fantasy. Modern and Contemporary Art from Poland.

Palais des Beaux-Arts de Bruxelles (BOZAR)
24/06/11 - 18/09/11

The Power of Fantasy est l'une des plus grandes expositions d'art contemporain polonais montées hors de Pologne depuis la chute du communisme. Elle rassemble de nombreuses œuvres d’artistes majeurs qui se sont imposés dernièrement sur le marché de l’art international, tels que Paweł Althamer, Mirosław Bałka, Katarzyna Kozyra, Wilhelm Sasnal et Monika Sosnowska. Seront également montrés quelques chefs-d’œuvres de l’art du XXe siècle, notamment de Magdalena Abakanowicz, Tadeusz Kantor, Bruno Schulz ou encore Stanisław Ignacy Witkiewicz. Au total, The Power of Fantasy présente plus de 100 œuvres, dont certaines réalisées spécialement pour l'événement.

Cette exposition a pour but de montrer à quel point le fantastique et le magique, le fou et l'absurde ont été des thèmes puissants dans l'art polonais. Les œuvres d'art qui explorent tout le potentiel de l'imagination rassemblées pour cette exposition permettent de révéler au public une culture faite d'intenses visions et de rêves étranges.


>>> En savoir plus sur l'exposition  : ICI
>>> Informations pratiques : ICI
>>> Vidéo du making of de l'exposition : ICI
>>> Vidéo de l'ouverture officielle : ICI

>>> Informations concernant la conférence d'Anda Rottenberg (7 juillet 2011, 19h) organisée en marge de l'exposition : ICI
>>> Informations concernant la conférence de Luc Tuymans et Mirosław Bałka (1er septembre 2011, 19h) organisée en marge de l'exposition : ICI

-------------------------------------------------------------------------------------

Artistes présentés
Magdalena Abakanowicz | Akademia Ruchu | Paweł Althamer | Mirosław Bałka |
Wojciech Bąkowski | Olaf Brzeski | Cezary Bodzianowski | Anna Janczyszyn | Katarzyna Józefowicz | Tadeusz Kantor | Szymon Kobylarz | Jarosław Kozakiewicz | Katarzyna Kozyra | Igor Krenz | Zofia Kulik | Maciej Kurak | Robert Kuśmirowski | Zbigniew Libera | Bronisław Wojciech Linke | Marcin Maciejowski | Jacek Malczewski | Józef Mehoffer | Paulina Ołowska | Włodzimierz Pawlak | Józef Robakowski | Zbigniew Rybczyński | Wilhelm Sasnal | Jan Simon | Bruno Schulz | Monika Sosnowska | Piotr Uklański | Mariusz Waras | Stanisław Ignacy Witkiewicz | Julita Wójcik | Andrzej Wróblewski | Jakub Julian Ziółkowski | Artur Żmijewski

Commissaires de l'exposition : David Crowley, Zofia Machnicka, Andrzej Szczerski

Sous le haut-patronage du Président de la République de Pologne, Bronisław Komorowski

Org.: BOZAR EXPO, Institut Adam Mickiewicz, Musée National de Cracovie
Cette exposition entre dans le cadre de « Poland in Focus », le programme de Bozar dédié au programme culturel de la Présidence polonaise du Conseil européen.
Découvrez les autres projets en suivant ce lien.

-------------------------------------------------------------------------------------

 Informations pratiques

>>> retrouvez cette exposition sur le site de BOZAR en cliquant ICI
(possibilité d'acheter ses places en ligne)

Lieu :
Palais des Beaux-Arts (BOZAR) - voir le plan
Rue Ravenstein 23
1000 Bruxelles

Date :
24 juin > 18 septembre
Ouvert tous les jours (sauf le lundi) de 10h à 18h

Prix:
8 € (prix plein) / 7,20 € (MYBOZAR) / 6 € (-26/60+/groupes) / 4 € (professeurs/demandeurs d'emploi) / 2,50 € (écoles/-18)
Pass spéciaux:
- EXPO SUMMER PASS: 3 expos à 15 €
- COMBI: The Power of Fantasy + Jeff Wallpour 12 €

Mais aussi :

L'exposition est accompagnée d'un catalogue de 160 pages comprennant de très nombreuses illustrations intitulé The Power of Fantasy publié par BOZAR BOOKS et Prestel.

-------------------------------------------------------------------------------------
-------------------------------------------------------------------------------------

Plus de détails

Scénographie
Les œuvres ne sont pas classées chronologiquement, mais organisées thématiquement en chapitres différents. Les thèmes-clés sont « l'absurdité dans la vie quotidienne », « histoire et mémoire », « l'image du héros », « folie et absurdité », « paysages surréels », « l'imagination militante », « l'art de dire non ».
Les thèmes évoqués permettent de tisser des liens entre l'art moderne polonais du XXe siècle et la pratique des artistes contemporains depuis 1989.

Les artistes de l'exposition
La fantasie peut prendre un grand nombre de formes. Elle déborde fiévreusement du travail du peintre néo-surréaliste Julian Jakub Ziółkowski et des fantaisies filmiques baroques de Katarzyna Kozyra. Pour cetains artistes, c'est l'ancien environnement socialiste, passé à la moulinette de l'imagination populaire, qui a le pouvoir de stimuler l'imagination. Comprises comme de l'art, les villes et les rues ordinaires deviennent un monde magique contenant maintes possibilités inexplorées et d'histoires cachées. Józef Robakowski, réalisateur expérimental plus d'une fois acclamé, a capté la vie quotidienne d'une ville dans un projet qu'il mena durant vingt ans qui consista en un enrigistrement d'images de la ville depuis la fenêtre de sa maison placée en hauteur. Les HLM et les bâtiments publiques deviennent les plaines de jeu de l'imagination dans les travaux de Monika Sosnowska, Julita Wójcik et Jarosław Kozakiewicz.
Pour cette générations d'artistes comme pour d'autres avant eux, la fantaisie n'est pas une manière d'échapper à la réalité, mais plutôt de lui faire face. Nés dans les années 1960 ou 1970, ils ont croisé deux mondes : leur enfance et leur jeunesse se déroula dans le République Populaire de Pologne alors que leur carrière a lieu dans une Pologne démocratique. Leurs travaux sont marqués par une anticonformisme qui met en doute l'un et l'autre de ces mondes. Des artistes comme Artur Żmijewski et Zbigniew Libera s'inscrivent dans une tradition de dissidence et de réflexion critique qui plonge profondément ses racines dans la culture polonaise.
Les artistes polonais s'intéressent profondément à la manière dont l'histoire peut être inscrite dans le présent. « DOM », un cimetière du XIXe siècle, travail majeur de Robert Kuśmirowski, sera recréé durant l'exposition, Une salle entière sera consacrée aux travaux de Wilhelm Sasnal, l'un des peintres majeurs de son époque, qui s'intéresse particulièrement à la personne du héros.
Le quotidien peut également être source de fantastique. Les épreuves de la vie, la bureaucratie et la censure n'ont pas été des expériences totalement négatives pour la Pologne, elles ont stimulé une exceptionnelle ingéniosité dans la nation. Les polonais ont le talent de faire beaucoup de choses avec un rien. Dans les années 1950, Leopold Tyrmand parlait déjà dans ses écrits de « fantaisies appliquées ». Et aujourd'hui encore, les artistes continuent à faire montre de cette ingéniosité. Ainsi, Paweł Althamer travaille-t-il avec ses voisins de toujours et ses « potes » adolescents de Bródno, une banlieue malaimée de Varsovie, pour créer un art qu'il appelle une « wspólna sprawa » (tâche commune). Un auto-portrait collectif monumental intitulé « Bródno People » fait par Althamer et ses voisins sera présenté. D'autres jeunes artistes démontrent également d'une grande ingéniosité, parfois même perverse. Jan Simon par exemple combine une approche technologique digne d'un artisan en réalisant des objets électroniques à partir de résidus. Maciek Kurak a apporté sa pierre à cette « fantaisie appliquée » avec une œuvre intitulée Fifty-Fifty dans laquelle in Fiat polonaise retournée semble être conduite par une machine à coudre.

-------------------------------------------------------------------------------------

 >>> Making of de l'exposition



 >>> ouverture officielle de l'exposition (une vidéo de Bozar BROADCAST)



-------------------------------------------------------------------------------------

 Trouver le Palais des Beaux-Arts



Liens

FrançaisFrançais NederlandsNederlands EnglishEnglish
 
Newsletter
bruxelles@instytutpolski.org
Isuu